by Carmen Lobo

La fulgurance de l’instant …

Ce diaporama nécessite JavaScript.



Je ne voudrais pas peindre – un tableau –
Mais plutôt être Celui
Qui sur la brillante impossibilité
S’attarde – avec – délice
Et se demande ce qu’éprouvent les doigts
Dont la rare – céleste – fièvre –
Évoque un si exquix Tourment –
Un aussi somptueux – Désespoir –

Je ne voudrais pas parler, comme le Cornet –
Mais plutôt être Celui
Doucement porté vers les Plafonds –
Et dehors, et plus loin –
À travers des Villages d’Éther –
Un ballon relié
Par une simple lèvre de Métal –
Pile de mon Ponton –

Ni ne voudrais être Poète –
C’est plus subtil – de posséder l’Oreille –
Éprise – impuissante – comblée –
La licence de révérer,
Privilège si auguste,
Que serait le Don si j’avais
L’Art de me foudroyer moi-même
De Mélodie !

Émily Dickinson : « Une âme en incandescence »

« Oses-tu voir une âme en incandescence? » Émily Dickinson lance un défi à ses lecteurs. Tout est en effet vécu par elle dans la fulgurance de l’instant ou dans la simultanéité des émotions. Son Art tient précisément dans l’effort pour porter le temps à l’incandescence, n’en retenir que l’absence blanche, les instants où il se nie lui-même ou explose pour se changer en éternité. (Passage de la quatrième page de couverture).

Photo: « Le Manège Carré Sénart », en tournée européenne, passe par le CENTQUATRE, a été conçu par François Delarozière, fondateur de la compagnie La Machine.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s