by Carmen Lobo

Archives de mars, 2011

L’enfance, toujours…


Ce diaporama nécessite JavaScript.



Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours…

« Des journées dans les arbres »
Marguerite Duras

Photo: ARTS DÉCORATIFS – L’exposition Vilac, 100 ans de jouets en bois, la galerie des jouets du musée des Arts décoratifs

Publicités

Haiku


Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Que ton vers ressemble à une branche de saule touchée par une ondée légère, et qui par moments se balance dans la brise ».

Matsuo Bashô (1644-1694)

Photo: Musée et jardins Albert Kahn – Boulogne-Billancourt – Paris


Nature


HIATUS IRRATIONALIS

Choses, que coule en vous la sueur ou la sève,

Formes, que vous naissiez de la forge ou du sang,

Votre torrent n’est pas plus dense que mon rêve;

Et, si je ne vous bats d’ un désir incessant,

Je traverse votre eau, je tombe sur la grève

Où m’attire le poids de mon démon pensant.

Seul, il heurte au sol dur sur quoi l’être s’élève,

Au mal aveugle et sourd, au dieu privé de sens.

Mais sitôt que tout verbe a péri dans ma gorge,

Choses, que vous naissiez du sang ou de la forge,

Nature, -je me perds au flux d’un élément:

Celui qui coule en moi, le même vous soulève,

Formes, que coule en vous la sueur ou la sève,

C’est le feu qui me fait votre immortel amant.

août 29

Jacques Lacan: Le phare de Neuilly, 1933

Photo: Parc de La Villette,  Canal de l’Ourcq et le Canal Saint-Denis
2011 ©Carmen Lobo

« Cité suspendue »


« Les villes comme les rêves sont faites de désirs et de peurs, même si le fil de leur discours est secret, leurs règles absurdes, leurs perspectives trompeuses ; et toute chose en cache une autre. […]

Son secret est dans la façon dont la vue court sur des figures qui se suivent comme dans une partition musicale, où l’on ne peut modifier ou déplacer aucune note. »

« Les villes invisibles »  Italo Calvino (1972)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo: « Cité suspendue », après le n° 21 rue Manin et la rue Simon-Bolivar ( Paris 19éme )
Les escaliers mènent à une « cité suspendue » : sur le site circulaire d’un ancien stade, cinq petites rues ont été loties à partir de 1927 par des petites maisons ouvrières. A l’extrémité ouest de cet ensemble devenu cossu, rue Georges-Lardennois, on y a une belle vue sur Paris.


Au-delà, plus loin…


Oui, derrière les gens,

Je te cherche.

Ni dans ton nom, s’il est dit,

Ni dans ton visage, s’il est peint.

Au-delà, au-delà , plus loin.

Au-delà de toi, je te cherche.

Ni dans ton miroir, ni dans ton écriture, ni dans ton âme

Au-delà, plus loin.

Pedro Salinas:  Extrait de « La voix qui t’est due »

2011 ©Carmen Lobo

Gaîté Lyrique


Ce diaporama nécessite JavaScript.



Du théâtre à l’italienne aux cultures numériques…

Ce théâtre parisien inauguré en 1862 rue Papin (3e arrondissement) a été amputé de sa salle de spectacle dans les années 1980, au profit d’un mini-parc d’attractions resté ouvert quelques mois . En 1991, le bâtiment tombe à l’abandon.

Le 2 mars 2011 ce théâtre à l’italienne de la Gaîté-Lyrique  a rouvert  en tant qu’espace dédié aux cultures numériques.