by Carmen Lobo

Le Bonheur



Le bonheur est fragile. Tu n’es pas funambule et tu avances pas à pas.
Tu ne sais rien des jours, tu glisses sur un fil, au loin tu ne vois pas.

Si tu regardes en bas c’est le vertige, ne regarde pas.
En bas tous les oiseaux se glacent et tous les hommes se protègent.

Tu marches un peu plus haut, mais le bonheur est difficile.
Tu risques à chaque pas, tu avances docile. A chaque risque le bonheur est là.
Tu avances vers toi ; le bout du fil n’existe pas.

Philippe Delerm – Extrait de « Le Bonheur »
Photo © Carmen Lobo – Place St Pierre Montmartre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s