by Carmen Lobo

Architecture

Oscar Niemeyer : Souvenirs d’une France


 

J’étais toujours attiré dès ma jeunesse, par les sculptures grecques et égyptiennes, La Victoire de Samothrace; j’aime les œuvres de Henri Moore et Heepworth, la pureté de Brancusi, les belles femmes de Despiau et de Maillol, les illustrations dégingandées de Giacometti. »
OSCAR NIEMEYER

« Souvenirs d’une France »

Downtown Gallery – Paris 

 

Publicités

Dialogue




Le jour la solitude me protège,
Mon bouclier, dans la nuit, c’est l’angoisse.

Dans mon ombre je scelle ta pensée,
Son écrin est une âme d’enfant.

L’instant de la première rencontre est passé,
Ton bref retour le lendemain
M’a comme enfouie sous un tertre de siècles.

« Solitude »
Giuseppe Ungaretti (1888-1970) : Dialogue (1968)

Photo: © Carmen Lobo –  Musée du Quai Branly


Haiku


Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Que ton vers ressemble à une branche de saule touchée par une ondée légère, et qui par moments se balance dans la brise ».

Matsuo Bashô (1644-1694)

Photo: Musée et jardins Albert Kahn – Boulogne-Billancourt – Paris


« Cité suspendue »


« Les villes comme les rêves sont faites de désirs et de peurs, même si le fil de leur discours est secret, leurs règles absurdes, leurs perspectives trompeuses ; et toute chose en cache une autre. […]

Son secret est dans la façon dont la vue court sur des figures qui se suivent comme dans une partition musicale, où l’on ne peut modifier ou déplacer aucune note. »

« Les villes invisibles »  Italo Calvino (1972)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo: « Cité suspendue », après le n° 21 rue Manin et la rue Simon-Bolivar ( Paris 19éme )
Les escaliers mènent à une « cité suspendue » : sur le site circulaire d’un ancien stade, cinq petites rues ont été loties à partir de 1927 par des petites maisons ouvrières. A l’extrémité ouest de cet ensemble devenu cossu, rue Georges-Lardennois, on y a une belle vue sur Paris.


Gaîté Lyrique


Ce diaporama nécessite JavaScript.



Du théâtre à l’italienne aux cultures numériques…

Ce théâtre parisien inauguré en 1862 rue Papin (3e arrondissement) a été amputé de sa salle de spectacle dans les années 1980, au profit d’un mini-parc d’attractions resté ouvert quelques mois . En 1991, le bâtiment tombe à l’abandon.

Le 2 mars 2011 ce théâtre à l’italienne de la Gaîté-Lyrique  a rouvert  en tant qu’espace dédié aux cultures numériques.