by Carmen Lobo

Uncategorized

Vivre à contretemps




Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre mon temps, perdre mon temps, vivre à contretemps.
Réponses (1974) Françoise Sagan

Photo © Carmen Lobo


Escalandrum en Paris



 « Escualo » : Piazzolla plays Piazzolla

Le répertoire de Piazzolla revisité, tout en conservant son esprit!  Seulement les grands musiciens pouvent faire ça!  Daniel Pipi Piazzolla l’a fait, les chanson du grand maestro sont devenues plus « jazzy »  avec une touche de saxo et batterie hallucinantes, le résultat? à tomber par terre!

( i’m an ASTORnaut ^-^)

Escalandrum concert
Piazzolla plays Piazzolla – Daniel Pipi Piazzolla

Paris, 8 juillet 2012


Histoire secrète du costume mongol – UNESCO Paris




Les costumes mongols et l’art traditionnel de leur confection sont répertoriés depuis 2010 sur la Liste nationale représentative du patrimoine culturel immatériel de la Mongolie. Et ce patrimoine caractéristique de l’identité mongole, mêlant histoire, tradition et créativité, continue d’inspirer ce peuple nomade.
Les modes de vie du « pays du ciel bleu » seront incarnés lors de ce défilé spectacle où seront présentés plus de 150 costumes ainsi que les codes vestimentaires rattachés. Pluralité des modèles, des tissus, des cuirs et fourrures, des couleurs et des ornements symboliques, adaptés selon les situations de la vie nomade, les saisons, les célébrations, l’âge, l’état civil, le groupe ethnique ou l’éloge de certaines valeurs.
Aussi, le Biyelgee mongol (danse populaire), la musique traditionnelle du Morin Khuur (violon à deux cordes) et les danses rituelles et chamaniques du Tsam accompagneront ce voyage au cœur de la culture mongole et de son patrimoine immatériel.


Perdue




Il y a que je suis au bord du gouffre.
Au bord de tomber dans le cratère amoureux.
Il y a que demain, au plus tard après demain, je serai fou de lui.
Et perdu.

Gilles Leroy: Dormir avec ceux qu’on aime
Photo Paris – Canal de l’Ourcq –


Lire. Aimer. Penser.




Lire. Aimer. Penser. Le plaisir de lire comme celui d’aimer viennent de l’expérience de la rencontre avec la pensée d’un autre hors de toute rivalité, et hors de tout dessein qui subordonnerait le fonctionnement de l’esprit. On partage la saisie de l’autre.

Pascal Quignard:  » Vie secrète »

Photo: Palais de Tokyo – La Triennale 2012 (pré-ouverture)
© Carmen Lobo


L’oeil moderne




« Le roman n’examine pas la réalité mais l’existence. Et l’existence n’est pas ce qui s’est passé, l’existence est le champ des possibilités humaines, tout ce que l’homme peut devenir, tout ce dont il est capable. » [p. 57]

Milan KUNDERA – L’art du roman
Photo: « Edvard Munch, l’oeil moderne » exposition au Centre Pompidou à Paris du 21 septembre 2011 au 27 janvier 2012
« Les travailleurs sortant d’usine » 1913
© Carmen Lobo



« Run Carmen Run » 🙂
Thank You Doña Dulcinea!


La danse de la vie



« La danse est le plus sublime, le plus émouvant, le plus beau de tous les arts, parce qu’elle n’est pas une simple traduction ou abstraction de la vie ; c’est la vie elle-même. »

Henry Havelock Ellis – Extrait de « La danse de la vie »
Photo: © Carmen Lobo – Paris Plage 2011 – Bals croisés de la baronne


L’appel, en vain



-Parfois encore, c’est l’été et il y a quelques promeneurs sur le boulevard. Le samedi soir surtout, parceque sans doute les gens ne savent que faire d’eux-mêmes dans cette ville.
-Sans doute, dit Chauvin. Surtout des hommes. De ce couloir, ou de votre jardin, ou de votre chambre, vous les regardez souvent.
Anne Desbaresdes se pencha et lui dit enfin.
-Je crois, en effet, que je les ai souvent regardés, soit du couloir, soit de ma chambre, lorsque certains soirs je ne sais quoi faire de moi.

« Moderato Cantabile » – Marguerite Duras
Photo: © Carmen Lobo – Pont de Sèvres – Paris


Il y a des instants



« Pour moi, c’était l’extase, de me préparer. Il y a des instants de la vie qui méritent d’être célébrés. Des instants de triomphe. C’est pour ça qu’on a inventé des beaux vêtements. »

La tache – PHILIP ROTH
(p.304) Gallimard (2002)
L’écrivain américain Philip Roth s’est vu décerner mercredi (18 mai 2011) le prestigieux Man Booker International Prize, qui distingue tous les deux ans un auteur pour l’ensemble de son oeuvre.

Photo: © Carmen Lobo – Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon


Êcrire, c’est être avec soi



 « Je t’écris alors que je n’ai pas reçu de lettre de toi, en équilibre entre l’angoisse d’imaginer que, si je ne reçois rien, c’est parce que tu n’envoies rien (et pourquoi n’envoies-tu rien?) et la colère (injuste) devant la lenteur de l’acheminement du courrier en temps de guerre.

Je t’écris parce que c’est impossible de ne pas écrire, impossible de demeurer muet, impossible de ne pas tenter de te rejoindre par les mots, impossible de te chasser de mes pensées et quand ces pensées virent à l’obsession, l’écriture devient un exutoire, une thérapie.

Je t’écris parce que tes lettres mettent davantage de temps à me parvenir que je ne suis capable d’attendre avant de revenir vers toi et qu’ainsi, elles mesurent mon impatience, la montée inexorable de mon impatience.

Je t’écris parce que t’écrire, c’est être avec toi. C’est une tentative de rapprochement, vouée à l’échec si l’on considère qu’une lettre n’a jamais aboli une distance physique, mais peut-être aboutie quand on songe qu’au moment précis de l’écriture, je ne pense qu’à toi, à rien d’autre que cela qui est toi, je suis tout entier tourné vers toi. (…) »

Philippe Besson: » En l’absence des hommes »
 
Photo: un lundi de soleil Hippodrome de Vincennes
2011 @Carmen Lobo