by Carmen Lobo

Articles tagués “Centre Pompidou Paris

La Tendenza




LA TENDENZA
ARCHITECTURES ITALIENNES 1965-1985
La Tendenza, mouvement international fondateur de l’architecture de l’après-guerre, venu d’Italie, et dont Aldo Rossi fut le chef de file.« Tendenza », le mot est équivoque. Il cherchait à définir un nouveau mouvement, un groupement d’architectes interpellant la mémoire et l’histoire de leur discipline conçue comme un domaine spécifique et autonome. « Tendenza » pour « tendance », une simple réorientation pour refuser la notion d’avant-garde et d’utopie, pour initier une architecture politique et critique en prise avec le réel. Ce retour sur un langage transhistorique propre à l’architecture, cette reconnaissance du « postmodernisme » érigé en un phénomène culturel mondial, s’affirme avec l’image du « Teatro del Mondo », ce pavillon de bois, théâtre flottant sur le Grand Canal, et à travers la fameuse exposition « la Strada Novissima » dans la corderie de l’Arsenal de Venise, lors de la Biennale d’architecture de 1980. Après la publication, en 1979, de La Condition postmoderne de Jean-François Lyotard, l’exposition semblait accompagner la crise du modernisme, l’épuisement des discours réductionnistes et puristes du rationalisme architectural hérité des avant-gardes, pour introduire un nouveau regard spéculatif sur l’histoire. Érigé en véritable style par le monde anglo-saxon, le postmodernisme, objet de tous les débats universitaires touchant aussi bien l’esthétique, le politique, que toutes les sociologies du monde contemporain, marque la scène artistique, brouillant les hiérarchies entre culture dominante et culture populaire, multipliant les références à l’histoire en une débauche de signes et de simulacres.

Centre George Pompidou Paris


Le Voyage




« Dites, qu’avez-vous vu ? »

Johannes Maria Staud, jeune compositeur décisif de l’Autriche d’aujourd’hui, met le cap sur la « Terra Nova » de l’électronique en s’emparant de l’interrogation fondatrice de Baudelaire qu’il met en musique. Mêlé aux voix des Cris de Paris et au lyrisme des solistes de l’Ensemble intercontemporain, l’acteur Marcel Bozonnet conduit ce monologue intérieur jusqu’à l’ultime étape, « Au fond de l’Inconnu, pour trouver du nouveau».

IRCAM* / Centre Pompidou
Images © Carmen Lobo

*IRCAM: Musical research Institut of France, is a European institute for science about music and sound and avant garde electro-acoustical art music.


Rendez-vous




« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous »

Paul Eluard

© Carmen Lobo


Evening in Paris


« Ce que l’intelligence nous rend sous le nom de passé n’est pas lui. En réalité, comme il arrive pour les âmes des trépassés dans certaines légendes populaires, chaque heure de notre vie, aussitôt morte, s’incarne et se cache en quelque objet matériel. Elle y reste captive, à jamais captive, à moins que nous ne rencontrions l’objet. À travers lui nous la reconnaissons, nous l’appelons, et elle est délivrée. L’objet où elle se cache, ou la sensation, puisque tout objet par rapport à nous est sensation, nous pouvons très bien ne le rencontrer jamais. »

Marcel Proust: Contre Sainte- Beuve

Photo: © Carmen Lobo  – Centre Pompidou –


Fragments d’un discours amoureux


« Ce que cache mon langage, mon corps le dit, … Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé… »

Fragments d’un discours amoureux (1977)

Roland Barthes

Natacha Leusseur : Sans titre 2000
Centre Pompidou Paris
« Elles » Exposition du 25 avril 2009 jusqu’au février 2011
© Carmen Lobo- All right reserved