by Carmen Lobo

Archives de janvier, 2010

La grande marée


« Desormais, les identités ne se définiront plus par des origines, mais par des trajectoires »

Michel Foucault

Photo: Au Mont-Saint-Michel ont lieu les plus grandes marées de l’Europe continentale, jusqu’à 15 mètres de différence entre basse et haute mer. Lors des grandes marées, la mer se retire à 15 kilomètres des côtes et remonte très rapidement. Les marées les plus fortes ont lieu 36 à 48 heures après les pleines et nouvelles lunes.

©Carmen Lobo
Publicités

Un Art


Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître ;

tant de choses semblent si pleines d’envie

d’être perdues que leur perte n’est pas un désastre.

Perds chaque jour quelque chose. L’affolement de perdre

tes clés, accepte-le, et l’heure gâchée qui suit.

Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître.

Puis entraîne toi, va plus vite, il faut étendre

tes pertes : aux endroits, aux noms, au lieu où tu fis

le projet d’aller. Rien là qui soit un désastre.

J’ai perdu la montre de ma mère. La dernière

ou l’avant-dernière de trois maisons aimées : partie !

Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître.

J’ai perdu deux villes, de jolies villes. Et, plus vastes,

des royaumes que j’avais, deux rivières, tout un pays.

Ils me manquent, mais il n’y eut pas là de désastre.

Même en te perdant (la voix qui plaisante, un geste

que j’aime) je n’aurai pas menti. A l’évidence, oui,

dans l’art de perdre il n’est pas trop dur d’être maître

même si il y a là comme (écris-le !) comme un désastre.

 » Un Art »

Elizabeth Bishop

Photo:  Genève – Suisse
©Carmen Lobo

Un objectif


« Pour arriver à créer quelque chose dans la vie, il faut un but, ensuite on progresse à coups d’essais et d’erreurs. »
Haruki Murakami:  Danse, danse, danse

Photo: La Villette Cité des Sciences – Paris
©Carmen Lobo

« La courbe de tes yeux »


Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille de astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul Eluard,  « La courbe de tes yeux »

Photo: Etretat- Haute Normandie  » Côte d’Albâtre »
©Carmen Lobo